INSTRUCTION N° 013 – 11 – 2015 RELATIVE AUX MODALITES D’EXERCICE DE L’ACTIVITE DE TRANSFERT RAPIDE D’ARGENT EN QUALITE DE SOUS-AGENT AU SEIN DE L’UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

0
TOUS UNIS POUR DÉFENDRE NOS INTÉRÊTS
Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO),
Vu le Traité de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) du 20 janvier 2007,
notamment en son article 34 ;
Vu les Statuts de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO),
annexés au Traité de l’UMOA du 20 janvier 2007, notamment en leurs articles 30 et
43 ;
Vu la Convention du 6 avril 2007 régissant la Commission Bancaire de
l’Union Monétaire
Ouest Africaine ;
Vu le Règlement n°15/2002/CM/UEMOA du 19 septembre 2002 relatif aux systèmes de
paiement dans les Etats membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest
Africaine, notamment en ses articles 4, 42, 131 et 247 ;
Vu le Règlement n°09/2010/CM/UEMOA du 1er octobre 2010 relatif aux relations
financières extérieures des Etats membres de l’Union Economique et Monétaire
Ouest Africaine, notamment en ses articles 1er, 2, 4, 14 à 18 ainsi que l’Annexe I audit
Règlement, en son article 9 ;
Vu la loi uniforme portant réglementation bancaire, notamment en ses articles 2, 3, 4, 7
et 106 ;
Vu la loi uniforme portant réglementation des systèmes financiers décentralisés,
notamment en ses articles 6 et 36 ;
Vu la loi uniforme relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement
du terrorisme ;
Vu la loi uniforme sur le contentieux des infractions à la réglementation des relations
financières extérieures des Etats membres de l’UEMOA, notamment en ses articles 2
et 4, Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 – Dakar – Sénégal Tel. (221) 33 839 05 00 / Fax. (221) 33 823 93 35
www.bceao.int
INSTRUCTION N° 013 – 11 – 2015 RELATIVE AUX MODALITES D’EXERCICE DE L’ACTIVITE
DE TRANSFERT RAPIDE D’ARGENT EN QUALITE DE SOUS-AGENT AU SEIN DE L’UNION
MONETAIRE OUEST AFRICAINE
DECIDE
Article premier :Définitions Aux fins de la présente instruction, on entend par :
•BCEAO ou Banque Centrale : la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest.
•Bénéficiaire : la personne destinataire de l’argent transféré.
•Clause d’exclusivité de service: la stipulation par laquelle un sous-agent s’oblige à
réaliser les opérations de transfert d’argent pour le compte d’un seul mandant.
•Client : le donneur d’ordre ou le bénéficiaire d’une opération de transfert d’argent.
• Donneur d’ordre: la personne qui a initié le transfert d’argent.
• Établissements de Crédit : les banques et les établissements financiers à caractère
bancaire, au sens de la loi portant réglementation bancaire.
•Intermédiaire agréé : l’établissement de crédit installé sur le territoire d’un Etat
membre de l’UEMOA et justifiant d’un agrément en qualité d’intermédiaire délivré par
le Ministre chargé des Finances.
•Mandant : l’intermédiaire agréé ou le système financier décentralisé ayant signé un
contrat avec un sous-agent en vertu duquel celui-ci réalise pour son compte des
opérations de transfert rapide d’argent.
• Prestataires habilités : les personnes habilitées à fournir des services de transfert
rapide d’argent conformément à la réglementation en vigueur. Au sein de l’UMOA, sont
notamment des prestataires habilités, les intermédiaires agréés et les systèmes
financiers décentralisés ayant obtenu une autorisation à cet effet.
•Sous-agent ou mandataire : la personne physique ou morale qui exerce l’activité de
transfert rapide d’argent sous la responsabilité d’un intermédiaire agréé ou d’un
système financier décentralisé.
• Système financier décentralisé ou SFD :l’institution dont l’objet principal est d’offrir des services financiers au sens de la loi portant réglementation des systèmes financiers décentralisés.
• Transfert rapide d’argent :
l’opération par laquelle une somme d’argent déposée par
un donneur d’ordre au guichet d’un prestataire habilité ou d’un sous-agent, est remise dans un bref délai, à un bénéficiaire, à un autre guichet d’un prestataire habilité ou d’un
sous-agent, grâce à un système informatique sécurisé fonctionnant en temps réel ou
quasiment. Cette opération ne fait intervenir ni compte bancaire, ni compte de monnaie
électronique.
• UEMOA :l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine.
• UMOA : l’Union Monétaire Ouest Africaine.
Article 2 : Objet
La présente instruction a pour objet de préciser les modalités d’exercice de l’activité de
transfert rapide d’argent, en qualité de sous-agent, par les personnes physiques ou morales
agissant pour le compte d’intermédiaires agréés ou de systèmes financiers décentralisés.
Article 3 : Contrat entre le mandant et le sous-agent
Les intermédiaires agréés et les systèmes financiers décentralisés signent un contrat avec
chaque personne physique ou morale à qui ils donnent mandat pour exercer, pour leur compte et sous leur entière responsabilité, l’activité de transfert rapide d’argent.
Le contrat précise, notamment les opérations que le sous-agent est habilité à réaliser pour le compte du mandant ainsi que les responsabilités des parties concernées, dans le cadre de
l’exécution de ces opérations.
Le contrat ne doit pas comporter de clause d’exclusivité de service.
Article 4 : Opérations autorisées
Les sous-agents peuvent effectuer les opérations ci-après :
•l’envoi des fonds reçus des clients;
• la réception de fonds et leur remise aux bénéficiaires.
Il est formellement interdit aux sous-agents de collecter des fonds du public, sous forme de
dépôts ou d’effectuer toute autre opération de banque, à l’exception des opérations de
transfert rapide d’argent.
Cette interdiction ne s’applique pas si le sous-agent est un système financier décentralisé.
Les opérations que peuvent réaliser les sous-agents mandatés par les systèmes financiers
décentralisés sont limitées aux territoires des Etats membres de l’UMOA.
Article 5 : Respect des réglementations relatives aux relations financières extérieures et
à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme
Les sous-agents sont assujettis aux dispositions des réglementations relatives aux relations
financières extérieures des Etats membres de l’UEMOA et à la lutte contre le blanchiment de
capitaux et le financement du terrorisme. A ce titre, ils respectent notamment, les prescriptions
afférentes aux limitations des montants et aux justificatifs des transferts.
Les sous-agents s’assurent de l’identité des donneurs d’ordre ainsi que de celle des
bénéficiaires des transferts rapides d’argent.
Les sous-agents délivrent à chaque client, sous réserve des dispositions de l’alinéa 1er du présent article, un bordereau d’opération devant comporter notamment :
•l’identité du bénéficiaire;
• l’identité du donneur d’ordre;
• la date de l’opération ;
• le montant du transfert ;
• le taux de change appliqué, le cas échéant ;
• le nom du mandant du sous-agent.
Article 6 : Obligation d’information de la clientèle
Les sous-agents affichent, de manière visible et lisible dans leur enseigne, le logo de leurs
mandants.
Les sous-agents affichent également, de manière visible et lisible à leurs guichets, les
conditions tarifaires appliquées à la clientèle.
Article 7 : Notifications
Au plus tard trente jours à compter de la fin de chaque année civile, les intermédiaires agréés et les systèmes financiers décentralisés notifient au Ministère chargé des Finances, à la Commission Bancaire de l’UMOA et à la BCEAO, la liste des personnes physiques et morales mandatées pour exercer en qualité de sous-agent.
Les intermédiaires agréés et les SFD communiquent au Ministère chargé des Finances, à la
Commission Bancaire de l’UMOA et à la BCEAO, le modèle-type de contrat à signer avec
leurs mandataires.
Toute modification de ce modèle-type de contrat doit également être notifiée aux Autorités
visées à l’alinéa précédent.
Les intermédiaires agréés et les SFD sont tenus, à toute demande du Ministère chargé des
Finances, de la Commission Bancaire de l’UMOA et de la BCEAO, de leur fournir une copie
des contrats signés avec leurs mandataires.
Article 8 : Information périodique de la Banque Centrale
Les intermédiaires agréés et les SFD communiquent chaque mois à la BCEAO, les
informations relatives aux opérations de transfert rapide d’argent effectuées par leurs sous-
agents. Ces informations doivent porter notamment sur :
• les montants, destinations et motifs des transferts émis ;
• les montants, origines et motifs des transferts reçus ;
• les frais et commissions prélevés.
Les informations mentionnées à l’alinéa premier ci-dessus sont transmises à la BCEAO, au
plus tard vingt jours calendaires après la fin du mois considéré, suivant un canevas communiqué par la Banque Centrale.
Article 9 : Responsabilité du mandant
Le mandant doit veiller au strict respect, par chaque sous-agent qu’il a mandaté, des
dispositions de la présente instruction.
Il s’assure que les opérations effectuées par le sous-agent sont exécutées conformément aux prescriptions réglementaires régissant l’activité de transfert rapide d’argent dans l’UMOA.
Article 10 : Contrôle
La Commission Bancaire de l’UMOA, la BCEAO et le Ministère chargé des Finances, dans le
cadre de leurs attributions respectives en matière de supervision des intermédiaires agréés et des SFD, peuvent contrôler les sous-agents concernés, pour s’assurer du respect des
dispositions régissant l’exercice de l’activité de transfert rapide d’argent.
Les personnes physiques ou morales exerçant en qualité de sous-agent sont tenues de se
soumettre aux contrôles ci-dessus énoncés et de fournir, le cas échéant, tout renseignement
nécessaire au bon déroulement des dits contrôles.
Les infractions constatées sont sanctionnées conformément à la loi portant réglementation
bancaire, la loi portant réglementation des systèmes financiers décentralisés, la loi sur le
contentieux des infractions à la réglementation des relations financières extérieures des États membres de l’UEMOA ainsi qu’à la loi relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, sans préjudice de toute autre disposition législative et réglementaire en vigueur dans l’État membre d’implantation.
Article 11:
Dispositions transitoires
Les prestataires habilités ainsi que leurs sous-agents disposent d’un délai de six mois, à
compter de la date d’entrée en vigueur pour se conformer aux dispositions de la présente
instruction.
Les personnes physiques et morales exerçant l’activité de transfert rapide d’argent sans
pouvoir justifier de la qualité de prestataire habilité ou de sous-agent disposent également d’un délai de six mois, à compter de la date d’entrée en vigueur de la présente instruction, pour se conformer aux dispositions légales et réglementaires régissant ladite activité. Tout
manquement aux dispositions du présent alinéa est passible des sanctions pénales prévues
par les réglementations visées à l’article 10 ci-dessus.
Article 12:
Dispositions finales
La présente instruction abroge et remplace toutes dispositions antérieures contraires traitant
du même objet.
Elle entre en vigueur à la date de sa signature et sera publiée partout où besoin sera.
Fait à Dakar, le 10 NOV. 2015
Tiémoko Meyliet KONE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire s'il vous plait
Entrer votre nom s'il vous plait

For spam filtering purposes, please copy the number 8101 to the field below: