Pourquoi Mass Thiam, le DG de Tigo Sénégal, démissionne après seulement huit mois

0
Mass directeur Tigo Sénégal
TOUS UNIS POUR DÉFENDRE NOS INTÉRÊTS

L’information n’est pas officiellement annoncée par l’entreprise, mais plusieurs médias, relayant les propos du SG du syndicat de Tigo Sénégal, Alioune Badara Seck, ont publié l’information. Celui-ci fait observer l’absence depuis le 31 janvier 2019 (date qui aurait d’ailleurs été annoncée par l’intéressé) du directeur général de Tigo, Mass Thiam. Agé de 47 ans, ce Sénégalais diplômé de l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales (HEC) de Montréal, avait été nommé à ce poste le 29 mai 2018 par le conseil d’administration de Sentel GSM SA, la société qui exploite au Sénégal la marque de télécom luxembourgeoise.

Mass Thiam succédait à la Namibienne Mitwa Kaemba Ng’ambi qui avait passé simplement un an et quatre mois de direction avant que le magnat sénégalais Yérim Sow, PCA de Sentel GSM SA, ne rachète Tigo au groupe luxembourgeois Millicom dans le cadre du consortium NJJ qu’il a formé avec le Français Xavier Niel, le patron de Free. Un rachat intervenu après une âpre bataille avec son compatriote Karibou Mbodje, patron de Wari, qui était également prêt à racheter Tigo.

Le Sénégalais n’a pas donné les raisons de son départ, mais le journal en ligne Xalima News, rapportant les confidences des médias locaux, indique que Mass Thiam n’a pas apprécié la façon dont le président du conseil d’administration, Yérim Sow, qui est d’ailleurs un proche, gérait la boîte. « Ce n’est pas tout. Le comportement de l’actionnaire majoritaire, Axian, a aussi outré l’ex-Dg. Même pour acheter un stylo, Mass Thiam, qui n’avait aucune prérogative, devait obtenir l’aval du groupe Axian basé à Madagascar », écrit le journal. Information confirmée par le syndicaliste Alioune Badara Seck qui précise que toutes les décisions venaient des pays des principaux actionnaires : France pour Xavier Niel de Free et Madagascar pour Hassanein Hiridjee de la société Telma.

« Je souhaite clarifier, parce que, jusqu’ici, nous n’avons pas reçu de notification formelle de la lettre de démission du directeur général. Mais lui-même nous a informés qu’il souhaitait démissionner à la date du 31 janvier 2019 », a indiqué le syndicaliste dont les propos sont rapportés par Seneweb.

« Aujourd’hui, nous sommes le 5 février et aucune communication ne nous a été relayée venant du consortium pour nous notifier cette décision-là. Mais, nous avons noté l’absence du Dg. Maintenant, cette démission en instance pose problème à plusieurs niveaux, avec le consortium qui avait acquis Tigo l’année passée. Nous les avions laissés le temps de prendre les rênes de l’entreprise, de mettre sur place une stratégie de commercialisation. Mais nous vivons réellement une situation difficile avec ce consortium qui vient d’arriver. C’est une totale désillusion pour les employés que nous sommes », se plaint Alioune Badara Seck qui lance un appel au gouvernement d’intervenir afin de sauver l’opérateur.

D’après le syndicaliste, depuis l’arrivée du consortium, un plan de suppression d’emplois non encadré par une autorité de l’Etat a été mis sur pied. « Ils ont également annoncé un investissement sur la 4G, mais les clients en premier constate la dégradation du réseau. Le Dg pourra donner les raisons qui l’ont poussé à démissionner. Mais, nous informons de la situation dans laquelle vit Tigo », indique Alioune Badara Seck.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire s'il vous plait
Entrer votre nom s'il vous plait

For spam filtering purposes, please copy the number 5620 to the field below: